texte

Peut-être nos membres se souviennent-ils d’avoir reçu, avec le deuxième numéro de Pharos, une circulaire adressée aux « latinistes émérites et nostalgiques », les invitant à venir rafraîchir leurs connaissances de latin en lisant quelques textes pas trop difficiles. Cette initiative, lancée en octobre 1997 par quatre maîtres de latin du gymnase de Burier (CESSEV), a été couronnée de succès, et le Groupe informel de lectures latines (GILL) s’est trouvé rapidement des fréquentateurs assidus.

Cet hiver, pendant six ou sept soirs, une vingtaine d’anciens latinistes issus de tous les milieux ont convergé des quatre coins du canton pour venir découvrir ou redécouvrir de beaux textes paléochrétiens (Tertullien, Sulpice Sévère, Minucius Felix, Lactance, mais aussi Tacite et Pline) qu’ils avaient consciencieusement préparés chez eux. Chaque séance commençait par un exposé (sur un thème historique, littéraire, artistique, philosophique…) présenté à tour de rôle par MM. Claude Emery, Olivier Bercher, Jacques et André Verdan. Puis l’assemblée se répartissait en groupes, menés par les quatre organisateurs. Et la traduction commençait, attentive, relaxée, émaillée de commentaires, de discussions, de plaisanteries. Les maîtres éclairaient les doutes, on s’échangeait des conseils et des traductions, souvent d’une excellente qualité littéraire. Certains s’excusaient de ne plus avoir fait de latin depuis vingt ou trente ans, mais les souvenirs revenaient vite…

Quid plura dicam ?
Maîtres et élèves semblent satisfaits de l’expérience: nul doute qu’elle se répétera l’an prochain, et peut-être fera-t-elle des émules dans d’autres régions.